01|02|17
Conférence « UNTEL PAR UNTEL » d’Alain SNYERS

Conférence « UNTEL PAR UNTEL » d’Alain SNYERS ouverte à TOUS !

le lundi 13 février à 10 heures à l’amphi de la Citadelle

Alain SNYERS, invité à la fois par Sonial CHEVAL et Catherine VAGEON dans le cadre de leur objet d’étude « Au jour le jour, slogans » et par Davide BERTOCCHI, faisait partie du collectif Untel, engagé dans le rapport social, politique, public de l’oeuvre et de l’action de l’artiste (interventions dans la rue). Ce groupe fut actif dans les années 80.

Cette conférence sera illustrée de documents d’archives (projection d’un diaporama), fera l’objet d’un débat et se clôturera par une photographie de classe « untel » avec vous tous : une façon de réactualiser une ancienne action (on joue à la photo, on prend des poses) dans la ville de Niepce.
Références de notre invité :

UNTEL est un groupe d’artistes constitué, à l’origine, de Jean-Paul Albinet, Philippe Cazal et Alain Snyers (Wilfrid Rouff prend la place d’Alain Snyers suite au départ de ce dernier en 1978) dont l’existence brève mais passionnée,
de 1975 à 1980, a donné vie à de nombreuses actions dans l’espace public.

La vie quotidienne en milieu urbain

Le dénominateur commun de ces actions est l’investigation du quotidien, investigation sociale et politique, à des fins critiques, très imprégnées des idées contestataires de mai 68 et de la pensée situationniste.
Cet esprit se manifeste en particulier dans l’oeuvre Vie quotidienne, environnement de type « G rand magasin », créée pour la Biennale de Paris en 1977. Le visiteur déambule entre les rayonnages de ce qui, à première vue, ressemble effectivement à un supermarché. Il s’aperçoit cependant bien vite qu’il n’y a rien à vendre et que les marchandises conditionnées qui sont en exposition, renvoient davantage à son propre conditionnement mental de consommateur.

UNTEL questionne le social, l’économique, le politique et le culturel.
Le groupe effectue une analyse critique de la société dans ses contradictions et procède à une mise en oeuvre permanente de tous les moyens dont il dispose, en s’emparant des matériaux qui existent dans le quotidien et en réalisant des interventions dans l’espace urbain.
Les préoccupations et interrogations des artistes, insérées dans la réalité sociale, s’expriment et se visualisent par le choix et le traitement des supports (affiches, photographies, images, objets, notes, sons, etc.).

La proximité du processus de création d’UNTEL avec la notion de vécu mène l’artiste Ben Vautier à positionner historiquement UNTEL comme post-Fluxus. L’idée d’un art qui s’expérimente et se vit avant tout, s’avère en effet en adéquation avec les préoccupations d’UNTEL.
« Cette multiplicité de médias utilisés, cet attachement aussi aux façons dont la communication s’établit, dont les messages circulent est une réponse à la hauteur de notre environnement quotidien. Dans un monde saturé de messages, pour la plupart insignifiants et répétitifs, le groupe UNTEL, les détourne ou en fabrique d’autres, porteurs, eux, d’interrogation et de perturbation. D’ailleurs, leurs interventions nous parlent bien de notre urbanité quotidienne : magasin, enquête, manifestation de rue, vendeur ambulant, touriste, envoi postal… La mise en scène de ces situations, avec le décalage imposé par l’art, sait interroger le réel même à travers toute la diversité des signes qui le constituent aujourd’hui. » (extrait de Réponses urbaines de Christian Besson, Maison de la culture de Chalon-sur-Saône, 1978).
[ 2 ] untel – C V 2016 biographie [ 3 ]

UNTEL (1975-1980)
Jean-Paul albinet, philippe cazal, alain snyers (1975-1978), wilfrid rouff (1978-1980

http://www.alainsnyers.fr
http://www.babelio.com/auteur/Alain-Snyers/149882