12|02|18
Cycle de workshops, du 27 février au 2 mars 2018

 

1- PLAY AND PLACE, avec Colombe MARCASIANO

Comment des éléments (plastiques) habitent un espace, le révèlent, ou l’annulent, pourquoi nous choisissons de placer des objets de telles ou telles façons dans un espace donné ? Qu’est-ce qui fait situation et avec quels gestes?
Je propose de travailler autour de l’idée d’accrochage et de ses différentes formes, en se concentrant sur des notions telles que le site specific, l’in situ, le display d’objet, l’accrochage sauvage, etc.
En demandant aux étudiants de travailler à partir d’éléments simples, “finis” ou bruts, des matériaux, des images, etc. Ou même à partir de travaux en cours de réalisation, avec lesquels ils aimeraient expérimenter des situations d’accrochage,
d’ “exposition”. Il s’agira d’envisager l’école, son architecture, comme un lieu d’expérimentation des différents modes d’exposition d’une production sans pour autant faire exposition. De (re)considérer et jouer avec tous les espaces que le bâtiment distribue, mais aussi de considérer des temporalités spécifiques de monstration des choses produites durant le workshop. Envisager ensemble des
situations.
 

Biographie :
Colombe Marcasiano est née en 1974, elle vit et travaille à Paris.
Elle a étudié à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris puis à De Ateliers à Amsterdam.
Colombe Marcasiano a récemment exposé et participé à des projets d’expositions collectives dans divers lieux associatifs et institutionnels tels que LaVallée à Bruxelles, La Friche la Belle de Mai à Marseille, la Galerie Isabelle Gounod, La Villa Arson à Nice, Les Instants Chavirés et le 116 Centre d’art Contemporain à
Montreuil, Glassbox, Moly-Sabata ou encore le 19 Crac de Montbéliard.
Elle a également été résidente à De Fabriek à Eindhoven, au Lynden Sculpture Garden à Milwaukee, à Artistes en Résidence à Clermont-Ferrand, à Chamalot-Résidence d’artistes ainsi qu ‘à Triangle France à Marseille.
On peut voir son travail en ligne sur :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2- Synth meet up, avec Thomas DUPOUY
 

Dans cet atelier, nous expérimenterons autour de circuits électroniques simples, afin de créer des instruments sonores. Autour des notions d’oscillations, de filtrages et de clocks, ces éléments clefs du synthétiseur nous permettront de travailler un rendu sous la forme de concert, donné à la fin du workshop.

 Biographie :

« J’ai une pratique très diverse du son depuis environ vingt ans, passant par l’apprentissage de la musique en école puis formé en électro-acoustique, en passant par l’environnement du studio d’enregistrement jusqu’à la conception de synthétiseurs. Depuis les Beaux-Arts de Reims je développe des propositions mêlant la vidéo, les installations sonores, la sculpture et les interventions dans des lieux publics, performances. Aujourd’hui je fais un travail archéologique de collecte de schémas électroniques aux propriétés sonores riches et rares, pour créer des outils sonores adaptés aux conditions du concert. Après avoir travaillé au Canada pour Hornet (clones EMS) et Montreal Assembly (effets numériques pour guitares), je développe mes propres circuits de génération et contrôle de timbres et expressivité ».

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3- O <=> O, avec Sergio VERASTEGUI
 
A partir de l’idée de « ready-made », explorer des déplacements d’objets et des changements de contexte. Déconstruire et réécrire l’idée même de readymade, l’utiliser comme prétexte pour un jeu qui dépasse son propre cadre et permet de décloisonner la réflexion sur ce qui peut être une pratique artistique ou pas. Comment on se déplace nous-mêmes d’un endroit à un autre. D’où les choses proviennent-elles (existe t’il une véritable provenance ?) Comment elles se modifient avec le déplacement et à qui appartiennent-elles ? Qu’est-ce que « ready » et qu’est-ce que « made »? etc.
 
Biographie :
 
Né en 1981 à Lima, Sergio VERASTEGUI vit et travaille à Paris. Il développe un travail d’écriture du fragment à partir de formes sculpturales, avec une forte présence matérielle mais s’appuyant aussi sur une rigueur conceptuelle. De la rencontre fortuite entre des objets divers émergents de situations de fragilité, entre tension narrative et poésie, des traces et des accidents. Sergio Verastegui fait ses études à l’Escola de Artes Visuais do Parque Lage, Rio de Janeiro et ensuite à la Villa Arson, Nice. Son travail est représenté par la galerie Thomas Bernard – Cortex Athletico, Paris. Il a exposé dernièrement à la galerie Thomas Bernard – Cortex Athletico (Paris), MAMCO (Genève), Meetfactory (Prague), Salon (Madrid) et Casa Imelda (México). Ses oeuvres se trouvent dans les collections du Centre National des Arts Plastiques (CNAP), MAMCO, FRAC Île-de-France, FRAC Bretagne, Artothèque du Limousin et FRAC Limousin.