16|12|15
Vive les disjonctions ! version 2

e|m|a|nifesto

Performance collective – dema 1, 2 et 3
16 décembre 2015 — 19h30 — Au 7 – Auditorium et Salles d’expositions
Ouvert à tous

avec Léocadie Bichon, Charlotte Blondel (ISBA), Marie Bock, Chloé Dhont,

Ambroise Duvignacq, Pablo Huise, Naomi Morderer, Abébi Moubachirou, Manon Nunne, Léane Souillot et Robin Voisin, accompagné-es par Madeleine Aktypi pour cette deuxième version (“Vive les disjonctions ! version 1″ a été présentée le 20 novembre à la fin du workshop).

Performance issue du workshop de Françoise Goria et Pascal POYET
qui a eu lieu à ema fructidor du 16 au 20 novembre 2015 :

Vivent les disjonctions !

Ce workshop propose de mener une double expérience dans les pratiques de la photographie et de l’écriture (image et langage) et de se questionner sur la façon de maintenir ensemble, disjoints, c’est-à-dire à la fois unis et séparés, les travaux issus de cette double expérience au cours d’une performance alliant lecture des textes et projection numérique des images (organisée le vendredi).

Les images et les textes se côtoieront sur les murs et dans l’espace de l’atelier, entre « exposition », « chemin de fer », « table de montage » et « conférence de rédaction », et les disjonctions soulevées à bout de bras tout au long de la semaine seront finalement performées dans l’espace-temps de la lecture et de la projection.

Rapprochements, intrusions, glissements d’éléments hétérogènes, recadrages et reprises seront mis en œuvre tant dans la fabrication des textes que dans celle des images, puis dans leur montage spatio-temporel « en direct », dans la « gestuelle numérique » que nous inventerons. Pour que vivent les disjonctions.

Biographie

Françoise Goria est artiste. Son travail (photographie, installations, montages numériques) est présent dans plusieurs collections publiques et privées (Musée d’art contemporain de Marseille ; Frac Paca ; Maison européenne de la photographie, Paris ; Fond cantonal, Genève…). Depuis 2009, elle mène l’expérience Picturediting (expositions, éditions) avec les étudiants de l’ISDAT (Toulouse). Elle a publié Il paraît (Cent Pages, 2002) et, sous le même titre, a tenu entre 2013 et 2015 une chronique mensuelle dans la revue Le Tigre. Un nouveau livre, notamment tiré de cette chronique, sera publié aux éditions Cent Pages en 2016.
francoisegoria.blogspot.fr

Pascal Poyet est poète. Depuis le milieu des années 1990, il réalise des lectures publiques qu’il considère comme un prolongement de l’écriture de textes publiés dans des livres, dont : Draguer l’évidence et Linéature (Éric Pesty, 2011 et 2012) et Un sens facétieux (CIPM/Spectres familiers, 2012). Il a traduit de nombreux poètes et artistes contemporains de langue anglaise dont deux livres de « poèmes parlés » de David Antin : je n’ai jamais su quelle heure il était et accorder (Héros-Limite, 2008 et 2012), et, de Lisa Robertson : Cinéma du présent (Théâtre Typographique, 2015).

Françoise Goria et Pascal Poyet co-dirigent les éditions contrat maint :
www.contratmaint.com